Puisque c’est mon tour de pro­po­ser une thé­ma­ti­que pour la pro­chai­ne dis­sé­mi­na­tion orga­ni­sée par la web-asso­cia­tion des auteurs, cel­le que j’ai rete­nue ne sur­pren­dra pas ceux qui connais­sent un peu mes pré­oc­cu­pa­tions et tra­vaux du moment (Dante, Chrétien de Troyes). Mais en dehors de ça, il est impos­si­ble de ne pas voir com­bien le web, com­bien les blogs débor­dent de pro­po­si­tions neu­ves, géné­reu­ses, inven­ti­ves, sérieu­ses (ou par­fois drô­les) en fait de tra­duc­tion ou d’adaptation de grands tex­tes, com­blant les caren­ces et secouant les sclé­ro­ses de l’édition tra­di­tion­nel­le pour le seul pro­fit du lec­teur. Qu’on son­ge seule­ment à la nou­vel­le tra­duc­tion du jour­nal de Kafka pro­dui­te par Laurent Margantin, à l”»Ulysse par jour«de Guillaume Vissac, aux tra­duc­tions d’Horace et de Virgile de Danielle Carlès, aux mor­ceaux de l’Enéide et des Métamorphoses d’Ovide don­nés par Marie Cosnay, voi­re à la per­for­man­ce que fut la Twiliade (repri­se de l’Iliade en 140 épi­so­des de 140 signes sur Twitter) de Stéphane Nappez ou même au début d’adaptation de Proust «au temps pré­sent» hal­lu­ci­né en son temps par Arno Calleja. J’arrête là les exem­ples, bien d’autres sont à décou­vrir grâ­ce aux par­ti­ci­pants que j’espère nom­breux le ven­dre­di 27 sep­tem­bre.

A.B.