Le thè­me de ce mois d’octobre était le jour­nal, inti­me ou non – le sujet en ayant fait tiquer cer­tains, ce que j’approuve plei­ne­ment, puis­que ce choix «d’évidence» (les blogs sont au départ tout bête­ment de tels jour­naux) ne me sem­blait pas, à moi non plus, aller néces­sai­re­ment de soi.

10 contri­bu­tions en offrent un aper­çu très varié, por­tant tra­ce des goûts de cha­cun, du plus typi­que au plus hors nor­mes. Voici réunie la lis­te de ces uni­vers croi­sés.

  • C’est un jour­nal : Lionel André ouvre « une paren­thè­se de temps sur ce qui pour­rait être un voya­ge mais se révè­le être un séjour » et nous invi­te sous la your­te de Fred Griot, dans les Causses. Le temps est à la pluie.
  • Journal Böserbach : Antoine Bréa nous déni­che le jour­nal de Charles Böserbach, un auteur lou­che : iden­ti­té fic­ti­ve et odieu­se­ment por­no­gra­phi­que. « C’est sur­réa­lis­te, c’est natu­ra­lis­te, c’est comi­co-sadien, c’est sou­vent bour­ré de calem­bours idiots. »
  • Contretemps et contre­pied : Serge Bonnery feint de mal­trai­ter la consi­gne pour nous plon­ger dans le (den­se) jour­nal d’Arnaud Maïsetti puis nous entraî­ner dans la pen­sée-pro­me­na­de de Jean-Paul Galibert.
  • Route natio­na­le : Pierre Cendrin nous fait pour­sui­vre la bala­de dans le silla­ge de Christophe Grossi, pour par­ta­ger les échos d’une jour­née sai­sie à tra­vers des bri­bes de phra­ses et de pen­sées.
  • Signe des temps : Gregory Hosteins, qui nous rejoint avec cet­te bel­le contri­bu­tion, récol­te sur Scriptopolis les signes du quo­ti­dien et ten­te de voir ce qu’ils devien­nent pour l’écrivain dia­ris­te, « une façon de fai­re enten­dre le jour sous le jour, la radieu­se mémoi­re ».
  • Journal d’une pau­vre, pau­vre jeu­ne fille ! La Revue des res­sour­ces (Robin Hunziger) par­ta­ge le savou­reux jour­nal de Catherine Pozzi, qui se déso­le ou se féli­ci­te, s’amuse et réflé­chit, et se sent en tout cas bien seule…
  • Cabane d’hiver et autres notes sur le Larzac : Laurent Margantin éga­le­ment offre l’hospitalité à Fred Griot, aux pri­ses avec les sou­cis du quo­ti­dien dans une your­te – très par­ti­cu­liers ! Et en pro­fi­te pour revi­si­ter ses pro­pres sou­ve­nirs du Larzac.
  • Journal inti­me en ligne (!) Maestitia (Myriam OH), qui «offi­cia­li­se» ain­si sa par­ti­ci­pa­tion, plon­ge allè­gre­ment au cœur du sujet et nous ramè­ne Jérôme Attal, sou­mis au feu de ses ques­tions, et de nom­breux extraits de son jour­nal. C’est drô­le et enle­vé.
  • L’illusion d’y être : C’est dans l’univers per­son­nel de Guillaume Vissac que je suis entrée – sans effrac­tion, la fic­tion se char­geant bien assez elle-même de fai­re irrup­tion dans son quo­ti­dien.
  • Le blog qui écri­vait tout seul : Renaud Schaffhauser choi­sit, évi­dem­ment, la date du 25 octo­bre pour orga­ni­ser notre par­cours. Détour par La Feuille d’Avis de Lausanne (1913), éphé­mé­ri­de (nais­san­ce de Picasso), puis il emboî­te le pas à Olivier Hodasava dans son odys­sée goo­gle street view et regar­de le jour qui pas­se chez Anna Jouy.

Merci à tous ceux qui ont relayé nos billets et leurs tex­tes !

Illustration d’accueil: J. de Clerq, 1860