Le théâtre optique de Reynaud, Paris 1892

Sur les écrans, nous assem­blons du son, du tex­te et des ima­ges. Sur les écrans, nous dérou­lons nos blogs com­me des bobi­nes. Nous som­mes des pro­jec­tion­nis­tes.

Mesdames Mesdemoiselles Messieurs,

Pour la pro­chai­ne dis­sé­mi­na­tion men­suel­le ven­dre­di 29 novem­bre 2013, je vous invi­te au

ciné­ma !

Comment par­ti­ci­per ?

1. Vous trou­vez sur un blog un tex­te qui vous plaît, tex­te écrit pour le ciné­ma, sur le ciné­ma, autour du ciné­ma, évo­quant le ciné­ma.

2. Le 29 novem­bre, avec l’accord de l’auteur, vous dif­fu­sez ce tex­te sur votre blog, accom­pa­gné en voix off d’une contri­bu­tion per­son­nel­le (pré­sen­ta­tion, mon­ta­ge, tex­te, ima­ges, …).

3. Vous vous annon­cez ici-même, ou via @webasso_auteurs.

Merci à ceux qui m’ont don­né l’idée de vous pro­po­ser ce thè­me, en par­ti­cu­lier : Alain Tanner & John Berger, Wim Wenders & Peter Handke, Marguerite Duras & Marguerite Duras, Belà Tarr & Laszlo Krasznahorkai & Jacques Rancière, et Agnès Varda citant Jacques Demy :

J’ai vou­lu fai­re du ciné­ma par­ce qu’un film, ça se regar­de à plu­sieurs.”

Image : Le théâ­tre opti­que de Reynaud, Paris, 1892