DADA est notre inten­si­té: qui éri­ge les baïon­net­tes sang consé­quen­ce la tête suma­tra­le du bébé alle­mand ; Dada est la vie sans pan­tou­fles ni paral­lè­les; qui est contre et pour l’unité et déci­dé­ment contre le futur ; nous savons sage­ment que nos cer­veaux devien­dront des cous­sins douillets, que notre anti-dog­ma­tis­me est aus­si exclu­si­vis­te que le fonc­tion­nai­re et que nous ne som­mes pas libres et crions liber­té; néces­si­té sévè­re sans dis­ci­pli­ne ni mora­le et cra­chons sur l’humanité.

DADA res­te dans le cadre euro­péen des fai­bles­ses, c’est tout de même de la mer­de, mais nous cou­lons doré­na­vant chier en cou­leurs diver­ses pour orner le jar­din zoo­lo­gi­que de l’art de tous les dra­peaux des consu­lats.

Tristan Tzara, Manifeste de mon­sieur Antipyrine, 1918

En avril, bro­car­dez ! Caricaturez ! Condamnez ! Démolissez ! Éreintez ! Ironisez ! Moquez ! Persiflez ! Polémiquez ! Raillez ! Ridiculisez ! Satirisez ! Vitupérez ! 

À l’occasion du cen­te­nai­re dada (s’il fal­lait une occa­sion), par sim­ple sou­ci d’hygiène men­ta­le ou pour le salu­tai­re plai­sir du pied-de-nez gros­sier et gro­tes­que, nous vous invi­tons ce mois-ci à dis­sé­mi­ner sur le thè­me de l’irrévérence. Le 29 avril, fai­tes preu­ve d’insolence et par­ta­gez avec nous pam­phlets ou fou­ca­des qui cèdent avec esprit au mou­ve­ment d’humeur, de la jus­te colè­re au gros rire.

Note du 37 mars: dis­sé­mi­na­tion lan­cée le 28 mars, depuis il s’est pas­sé des cho­ses et cela conti­nue pla­ce de la République à Paris, on sera donc à l’écoute !

tumblr_o3z7j1Np7N1r9j6pro1_1280
Francis Picabia, Prostitution uni­ver­sel­le. Soucre : Archives Dada (http://​archi​ves​-dada​.tum​blr​.com/)